À propos de

À propos de
Léa Nikel est née en Ukraine en 1918, arrivée en Israël à l’age de 2 ans, elle a grandi à Tel-Aviv. Elle a étudié la peinture auprès de Gliksberg, Steimatzky et Streichman. Elle a poursuivi ses études à Paris où elle a vécu et créé entre 1950 et 1961. Décennie qui a été déterminante pour l’histoire de l’art européen de l’après-guerre. Léa Nikel est impliquée dans la vie artistique et sociale et dans l’ambiance cosmopolite qui règnent alors. Dans les années 60, elle a vécu tour à tour en Israël, à New York, en France et pendant le dernier tiers de cette décennie, à Rome. Entre 1973 et 1977 Léa Nikel a vécu à New York. Elle résida à l’hôtel Chelsea, hôtel et studio célèbre occupant une place de choix dans l’histoire de l’art new yorkaise. De là elle repartit au Japon. Puis construisit sa maison, avec son conjoint Sam Leiman, au Moshav Kadron.

Nikel fait partie des représentants les plus saillants de la deuxième génération des peintres abstraits, également appelés les expressionnistes abstraits. Ses peintures se caractérisent par leurs couleurs vives, leur vitalité et leur spontanéité. Les principes fondamentaux de sa création sont la couleur et la matérialité et ils ont une empreinte unique. Léa Nikel utilise plusieurs techniques différentes : peinture au pinceau, grattage, sculpture, peinture au doigt, dripping et collage.
Elle a été la lauréate du Prix israélien de peinture en 1995 ainsi que de nombreux grands prix tels que le Prix Dizengoff de la municipalité de Tel-Aviv, le prix Gamzu du Musée de Tel-Aviv, elle est tituaire d’un doctorat honorifique de l’Institut Weizman des Sciences, à Rehovot et a reçu une médaille de l’Unesco pour son activité ainsi que le titre de Chevalier des Arts et des lettres du ministère français de la Culture.

Léa Nikel a organisé des expositions en solo et en groupes dans des galeries et musées en Israël ainsi que dans les plus grandes villes du monde : rétrospectives au Musée de Tel-Aviv, au Musée d’Israël à Jérusalem, au musée de Haïfa, dans des galeries et musées de Paris, aux Pays-Bas, à New York, à Londres, au Japon, etc.

Elle a représenté Israël lors de la Biennale de Johannesburg, en Afrique du Sud, à la 22ème biennale de Venise, en 1964, ainsi qu’à une biennale au Chili.
Léa Nikel est décédée en septembre 2005.

Share This